08 décembre 2015 ~ 0 Commentaire

RECIT E

La guerre des restaurants.

Dans un restaurant très connu, se nommant « L’ Étoile » , un samedi soir, vers 22H30 , j’ étais en train de passer ma commande ,avec mes parents . D’ un seul coup une sonnerie inquiétante retentit .C’ était un numéro masqué …

Un samedi soir, vers 22h30, j’étais en train de passer une commande avec mes parents qui tiennent le restaurant « l’Étoile », très connu dans la région. Quand tout à coup le téléphone sonna. C’était un numéro masqué…

 Depuis quelques semaines, mes parents recevaient des appels réguliers en numéro masqué aux alentours de midi. Au début ils décrochaient, mais jamais personne ne répondait. Mes parents m’avaient évidemment informée et avoué que cette histoire les chiffonnait. Un samedi vers 12h30, j’ai voulu faire un essai, j’ai laissé le téléphone décroché pour voir combien de temps la personne tiendrait. Au bout de 20 min…rien !!! Je raccrochais donc…

Mais jamais, ça n’était arrivé aussi tard le soir comme aujourd’hui… La grosse psychose commençait à s’installer ; nous étions tétanisés ! Etait-ce un détraqué qui s’amusait avec nous ??? Etait-ce des malfaiteurs ??? Voulait-on nous cambrioler ???

Je ne décrochais pas. Et voilà qu’il sonnait, sonnait… Au bout de 20 minutes, le téléphone se tut. 
Pour Lilou et ses parents, l’Etoile ce soir ne brillait plus… Au bout de quelques minutes, ils finirent par se détendre. Ils terminèrent leur commande pour le lendemain, burent un thé, prirent leur douche et décidèrent tant bien que mal d’aller se reposer. Mais ce soir ils optèrent pour la solution la plus sage, celle de rester tous les trois dormir à côté de la salle du restaurant. Lilou finit par s’endormir…

C’est qu’elle l’aimait son étoile…

Un petit restaurant au bord de la mer, des spécialités de la région, une terrasse ombragée…

Evidemment, ça pouvait faire rêver.

Mais pour Lilou, pas le temps de flâner car elle travaillait dans ce restaurant avec ses parents, quand elle n’était pas en cours. C’est qu’on n’arrête jamais dans un restaurant…

Lilou travaillait le week-end et pendant les vacances pour se faire des sous, pour se payer tout ce dont elle avait besoin. Ses parents lui payaient son Université mais pour le reste elle devait se débrouiller. C’était l’éducation qu’on lui donnait depuis qu’elle était toute petite afin que plus tard, elle soit autonome et sache gérer sa vie…

Depuis de nombreuses années, ses parents concentraient toute leur énergie à bâtir leur clientèle et au fil des ans leurs précieux clients étaient devenus des amis…

 Une sensation d’extrême chaleur la réveilla…

Lilou se leva d’un bond et là elle sentit carrément une odeur de brûlé.

- Il y a quelque chose qui brûle hurla-t-elle !!!

Lilou traversa le long couloir qui mène à la salle de restaurant. Tout était sans dessus,dessous, les flammes sortaient du coin cuisine ; elle prit les nappes blanches qui se trouvaient sur les tables pour essayer d’étouffer le feu… Et là horreur, son père gisait sur le sol, inanimé.

Elle se précipita vers lui folle d’inquiétude :

- Papa ! Papa !…

Lilou ne perdit pas son sang froid : elle appela les pompiers et le SAMU…

Les secours arrivèrent très vite. Lilou avait réussi à étouffer le début de l’incendie. Mais les pompiers la firent sortir car c’était trop dangereux pour elle. Ils évacuèrent le père et vérifièrent que l’incendie était bien éteint. Lilou était inquiète car sa mère était encore à l’intérieur. Les pompiers cherchèrent dans toutes les pièces, il n’y avait aucune trace de sa maman. Où était-elle passée ? C’était un vrai mystère. Un médecin alla voir Lilou pour lui annoncer que son papa était décédé des suites de ses blessures. Selon les secours, il avait été poignardé. Lilou était effondrée. L’inspecteur Gadget arriva sur le lieu du crime et interrogea l’unique témoin Lilou. Elle raconta ce qui s’était passé ce soir là, ainsi que les coups de téléphone anonymes que la famille recevait depuis quelques temps. L’enquêteur prit la décision d’interroger le voisinage dès le lendemain. Lilou, elle, fut accueillie par sa grand-mère. En interrogeant les voisins, l’enquêteur apprit que le père de Lilou avait des ennemis. Tout d’abord, Julien, le gérant du restaurant « La Belle Assiette », était jaloux du succès du restaurant « L’étoile ». Il s’était aussi disputé avec un habitué qui mangeait ce soir là au restaurant, Xavier un célibataire de 35 ans. Ces deux hommes étaient donc des suspects. Mais un autre détail inquiétait l’inspecteur Gadget, où était donc passée la mère de Lilou ?

De retour au commissariat, les policiers prirent en compte tous les indices trouvés sur le lieu du crime : un couteau, une photo en partie brûlée sur laquelle apparaît Elise, la mère de Lilou. Le restaurant présentait des traces de pas et de sang mélangés. Apparemment, une personne avait dû se débattre. L’inspecteur Gadget se renseigna sur le fameux client, Xavier, et décida d’aller lui rendre une petite visite. Arrivé sur place, il lui indiqua qu’il souhaitait lui poser quelques questions au sujet de l’assassinat de Pierre Hecta, le patron du restaurant « L’étoile ».

-          Où étiez-vous hier soir ?

-          J’étais chez moi avec mon chien.

-          Nous savons que vous mentez. Un témoin vous a entendu vous disputer avec la victime. Quelle en était la raison ?

-          Elise était mon ex petite amie et Pierre n’appréciait pas que je vienne au restaurant. Mais elle ne vous l’a pas dit ?

-          Madame Hecta a disparu.

-          Ce n’est pas possible !

-          Je vais devoir vous laisser. Au fait, connaissez-vous le patron du restaurant « La belle assiette » ?

-          Non, désolé.

L’inspecteur Gadget repartir au commissariat et remarqua en sortant un manteau en partie déchiré dans l’entrée. Il alla ensuite interroger Julien, le patron de l’autre restaurant, situé à quelques mètres de « L’étoile » mais n’obtint pas plus de renseignements. Après ces deux interrogatoires, l’inspecteur retourna voir Lilou qui lui affirma que son père parlait souvent de ses disputes avec Julien mais sa mère ne voulait pas en entendre parler. Lilou lui montra ce qu’elle venait de recevoir chez ses grands-parents : une lettre anonyme contenant une photo de sa mère ligotée et la phrase « Débrouille toi pour trouver un million d’euros ou tu ne reverras jamais ta mère. » L’inspecteur ne savait plus quoi penser : la mère avait-elle été enlevée ou avait-elle tout manigancé ?

Il décida de repartir au commissariat pour examiner la lettre anonyme et trouva un cheveu. L’inspecteur resta figé, et si c’était un cheveu de la mère  !!! Pourquoi  aurait-elle tout  manigancé ? Il se posa plein de questions jusqu’à 23H00 ne pouvant imaginer annoncer une nouvelle terrifiante à Lilou et alla se coucher. Dès le lendemain, il retourna chez Lilou prétextant que l’enquête  avait  avancé à grands pas. Cependant une dernière question :

« De quelle couleur sont les cheveux de votre mère  ?

- Ma mère est blonde, pourquoi ?

-Je suis désolé de vous annoncer que c’est votre mère qui a tout manigancé.

Je l’ai su grâce au manteau déchiré et depuis hier soir grâce au cheveu sur la lettre anonyme. Nous allons l’arrêter. Vous allez vous retrouver seule.

-Oh ! non, je vais pouvoir refaire ma vie car mes parents étaient contre.»

Quelques semaines plus tard, la mère de Lilou a été  retrouvée morte en bas d’un immeuble. Elle s’était suicidée parce qu’elle avait peur de finir sa vie en prison.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Recitspoliciersrose |
recitspoliciersvert |
Recitspoliciersviolets |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Histoiredecrire63
| Minute-Culture
| La Minute-Culture